jeudi 4 mars 2010

On en a gros !

Bon pour les 2 lecteurs assidus de ce blog, mon addiction au Dr House n'est pas un secret. Pour les autres, ben maintenant vous savez.
Of course Hugh Laury est sexy, drôle et sadique. Mais le plus kiffant dans cette série c'est de passer 40 min à tenter de trouver la maladie. Pour moi qui n'ai pas fait médecine c pas super facile, Du coup, je suis devenue une lectrice assidue de Doctissimo, Wikipedia science et des nombreux sites web universitaires québécois. Depuis, je peux parler pendant des heures de Lupus, décrire en détail une section du ligament annulaire antérieur du carpe (en français : une opération du canal carpien).
Tout ça pour en arriver au vrai sujet de l'article (et oui c pas de la petite introduction ça).

Donc à force de traîner sur des sites web médicaux j'ai découvert un truc qui me fait dire : On en a gros !

Ça fait quelques étés que je me rase systématiquement la tête, normalement au mois de février j'ai des cheveux aux épaules, mais cette année ma production capillaire est en quelque sorte limitée.

Alors bien entendu y'a des éléments connus qui influent sur la pousse des cheveux :
- la génétique (ben oui les asiatiques ont plus de chance que les africains), je ne peux pas y faire grand chose
- la nourriture (poisson, viande, chocolat noir ...) Côté viande, dans le Big Mac y'en a dc c bon. Coté chocolat, là aussi je maîtrise.

Mais en trainant sur mes fameux sites web médicaux j'ai découvert un autre élément primordial : LE SOLEIL.
Et là pb : ben oui depuis quelques mois je vis à bruxelles, et la Belgique n'est pas vraiment réputée pour son taux d'ensoleillement.
Bon alors je le dis de suite entre :
- des cheveux longs au soleil de la méditerrannée
- et des cheveux courts avec mon Belge
Ben je choisis mon Belge.

Donc je ne vois que deux solutions : Soit une délocalisation de la commission européenne et du parlement européen en Corse, soit le rechauffement climatique arrête d'embêter les pingouins et ramène sa fraise en Belgique.

mercredi 3 mars 2010

Mon homme est une femme comme les autres

Ce texte est une pure fiction. Toute ressemblance avec un belge existant ou ayant existé serait fortuite et indépendante de la volonté de l'auteure.

Pour ceux qui n'ont ni internet, ni télé, ni radio, ni presse écrite, ni amis et qui ne sortent pas de chez eux (si si ça existe), il y a 15 jours les soldes se terminaient.

Logiquement il y a 14 jours l'Homme a décidé de faire les boutiques. Nous voici donc en pleine rue commerçante, un samedi d'après soldes, à la recherche d'un jean et d'une paire de chaussures.

Première boutique, Zara : Nous voici dc les bras chargés de jeans direction les cabines hommes.
Et là premier scoop : au Zara (chaussée d'Ixelles) une cabine sur deux n'ont pas de rideau. Du coup faire le pied de grue pdt que l'Homme essaie ses fringues, devient bcp moins gênant. Bon l'Homme a choisi une cabine ac rideau, mais les autres clients (italiens) sont bcp moins prudes.
Mais revenons en à la quête du Saint Jeans. Je vous passe les "il ne moule pas trop"; "J'aime pas la couleur finalement" et l'équivalement masculin du "il me moule trop les fesses" : "Il me moule trop les mollets" (!!!)
Résultat on ressort de Zara ac un pull bleu klein. "Ben si, il est bleu klein mon pull, regarde sur fromage & dessert, c bien la même couleur"

Deuxième boutique, H&M : Là honte à moi, j'avais zappé la sortie Sonia Rykiel by H&M, mais on y reviendra plus tard.
Après une heure d'errance dans les rayons, 6 jeans préselectionnés, 2 finalistes. Et l"Homme se transforme en André Manoukian de la mode.
Longue tirade philosophique sur les intérêts des deux candidats (même modèle, même coupe) mais pas la même couleur : 1/2 ton de différence. Face à ce choix cornélien, l'Homme craque : "Bon ben je prends les deux" et cherche à se justifier : "j'en achète pas si souvent, et des jeans on en a jamais trop" (Tout à fait d'accord, tout comme les chaussures, les sacs et les robes noires)
Arrivés en caisse l'Homme sympathise ac le caissier, lui conseille les cabines du Zara voisin. Et là, Ô miracle se voit offrir le merveilleux sac collector Sonia Rykiel, discret, masculin, parfait pour l'Homme qui se dirige fièrement vers la sortie son sac à l'épaule, tout en saluant son ami le caissier.

3ème, 4ème, 5ème et 6ème boutique : Tel cendrillon, l'Homme cherche ac ardeur (et son sac Rykiel) chaussure à son pied.

7ème boutique : Il est 18h20 les magasins ferment dans 10 minutes qd ... Ô second miracle, l'Homme trouve LA paire de chaussures. et conclut cette quête par un majestueux : " Ah ben, on y est comme dans des pantoufles" Bon là j'ai beau lui expliquer que ce sont les mêmes que celles trouvés chez zara, mais juste 2 fois plus cheres, le regard chargé de dédain il me répond : "Mais pauvre profane, chaque modèle est différent, chaque paire de chaussures porte en elle l'espoir d'un jour meilleur" Non en fait il se contente de "La semelle n'est pas la même".

Petit cadeau l'Homme et son sac Rykiel. Par respect de son anonymat le visage de l'Homme est caché.

mardi 2 mars 2010

Le malentendu belge a encore frappé

"Allo,
- Bonjour Madame, je suis bien à la librairie le Canard ?
- Ouiii
- Vous êtes ouvert jusqu'à quelle heure ?
- 18h30
- Ok, et vous vendez bien tous types de livres, enfin je veux dire vous êtes une librairie généraliste ?
-Ben oui, je vends des livres.
- D'accord merci Madame."

30 min plus tard dans la "librairie".

Moi en mode Vénère : "Bonjour, je vous ai appelé tout à l'heure pour connaître les horaires et ...
- Ben vous voyez on est ouvert.
- D'accoooord. Ben félicitations. Mais surtout je vous ai demandé si vous étiez bien une librairie et vous m'avez répondu ...
- Ben oui je vends des livres.
- Ah non madame, vous vendez des cigarettes, des magazines, des journaux...
- Oui et des livres, regardez ds le coin là.
- Ah mais j'ai bien vu ds le coin, cependant qd on a 4 pauvres romans de gare qui se baladent ds les rayons, on ne répond pas aux gens qui téléphonent que l'on est une librairie généraliste.
- Non mais je ne suis pas la FNAC !
- ..."

Donc à Bruxelles pour acheter des livres il y a la FNAC et Tropismes (une immense librairie genre Gibert ou Forum) toutes deux en centre ville ds un rayon d'1 km. Voilà, voilà.

mercredi 2 décembre 2009

no comment

Bon j'ai un peu la flemme d'écrire en ce moment, dc je passe juste pour poster et partager cette vidéo.

mardi 1 septembre 2009

episode 2 : La moto

Et oui je me la joue à la George Lucas. Plusieurs mois d'attente entre chaque opus de ma trilogie.

Bon il y a quelques mois je me suis rendu compte que pour mon nouveau job (cf episode 1) il m'était indispensable d'avoir une moto. Me voilà dc en train de surfer sur ebay, mistergoodeal et paru vendu.fr à la recherche de la Yamaha SR 125 de mes rêves.

après 1 semaine de recherche effrénée je trouve enfin la perle sur Ebay : Le prix est dérisoire : 500€. Elle est à vendre dans mon arrondissement. Mais surtout elle est super belle.
Rdv est pris avec le vendeur. Super ! elle démarre, elle roule, les clignotants clignotent, pas de rayures, ni de bosses. Mais surtout elle est super belle : bleu nuit, des chromes qui brillent ...

"Je la prends" que je lui dit. Et là j'aurais dut me douter qu'un truc clochait. Le vendeur a haussé un sourcil. Malheureusement pour moi, la série "Lie to me" n'étant pas encore diffusée à cette époque, je n'ai pas reconnue la surprise mêlée de machiavélisme que cette micro expression faciale révèle.

Après une semaine d'attente (le temps que Mr. V récupère les papiers nécessaires à la pref) me voici dc ds un immeuble bourgeois du 19ème (si si ça existe) à signer les sésames me permettant d'être l'heureuse propriétaire d'une Yamaha SR 125 en parfait état de marche de 1998. 5000 km au compteur. Et là deuxième indice Mr.V est avocat. Malheureusement pour moi la série "Drop dead Diva" n'étant pas encore diffusée à cette époque, je n'ai pas remarqué qu'un avocat, et ben c un avocat dc que question honnêteté (à part les dentistes) on fait mieux.

15 minutes plus tard me voilà dc au volant de ma superbe moto. Je file comme le vent, le slalome entre les voitures, j'anticipe tout déboîtage de voiture, je suis la reine du bitume parisien...
Non en fait je cale aux 3 premiers feux. au 4ème la moto refuse de redémarrer. Je crève de chaud sous mon nouveau blouson ultra renforcé. La visière du casque est toute embuée. Je conduit dc visière relevée alors qu'il pleut. Mes nouveaux gants de motarde sont beaux, mais ne tiennent pas du tout chaud.

c un cauchemar. alors que je tente depuis 15 minutes de redémarrer ma moto sous les rires d'une bande de poivrots. Un motard s'arrête me redémarre ma moto et repars dans la nuit parisienne.


J 1 : il neige dc la moto reste au garage.
J 2 : idem
J 3 : Miracle il ne neige pas (bon il pleut mais c pas grave). Je me rends dc Rue de Solférino pour une réunion. Sur le chemin, re-miracle aucun pb. Bon je me perds un peu ds paris. Mais bon au moins je roule.
Après 2h de réunion je tente de partir. Comme de bien entendu la moto refuse de coopérer. Je fais dc appelle à la solidarité socialiste, et là c un grand moment de cohésion et de rassemblement. Des JSR, des Cambas, des Tags s'unissent pour pousser ma moto sur le trottoir de solférino. Et dire qu'aucun journaliste n'est là pour immortaliser le moment. Bon la moto refuse de démarrer. je la laisse dc sur place et rentre en métro chez moi.

J4 à J7 : Ma moto fait le piquet de grève devant le portail du PS.

J 8 : Je décide d'acheter une batterie, et, munie de mon tournevis et de mon belge, de changer moi même la batterie. Bon sur internet ils disent que c galère. Mais j'ai vaincu des sur-presseurs alors c pas une petite batterie qui va me faire peur !

Bon je la fait courte : on y passe tout l'aprèm, on y arrive pas, on se fait mal aux doigts, on est couvert de graisse, le belge ds un éclair de génie retrouve les bons tournevis, et au final j'appelle le dépanneur qui embarque cette p*%$# de moto.



J9 à 16 : la moto est chez yamaha et se fait cajoler.

J 17 : coup de file : je peux venir récupérer le véhicule au garage yamaha. Je me trompe de garage, d'arrondissement, que dis-je de ville ! Mais au final c bon j'ai ma moto et 100€ de moins sur mon compte.

J17 à J 20 : Il neige

J 21 : problème de famille à St Etienne. Pour économiser les billets de train je décide de descendre en moto. Je vous passe la découverte qu'une 125 sur l'autoroute ça dépasse difficilement les 70km/h en descente et les 10km/h en montée. Que la nuit y'a du vents, qu'il pleut et qu'il fait froid. Au fil des airs d'autoroute j'accumule les épaisseurs de vêtements.

À 1h du mat' je tombe en panne un peu avant dijon. parcequ'il n'y a pas de jauge d'essence sur ce modèle.
2h du mat : le dépanneur repars après avoir tourner le petit robinet de reserve sur mon réservoir.
3h du mat : j'arrive à dijon chez une amie et camarade. Je lui laisse ma moto et continue en train.

1 semaine plus tard : la moto est toujours à dijon et y restera jusqu'à ce qu'une anglaise accepte de me l'acheter.


Il y a un mois j'essaie de déposer le chèque de l'anglaise à la banque... Son compte n'est pas approvisionné, l'anglaise est introuvable.

Depuis je n'ose plus prononcer le mot moto de peur de déclencher l'hilarité de mon entourage.

Par contre j'achèterais bien un scooter, c pratique les scooter. et puis si le démarreur ne fonctionne pas, y'a toujours le kick...

mercredi 22 avril 2009

dimanche 15 mars 2009

Episode 1 : Job 1

[grosse voix à l'américaine ON]
L'épisode à venir est purement fictif. toute ressemblance avec des personnes ou des faits réels est une pure coïncidence.
[grosse voix à l'américaine OFF]

Tout prolétaire a déjà connu cette période pas facile qu'est le CHÔMAGE. Bon le chômage déjà en tant que tel c pas facile : pas de tune, déprime, précarité, sentiment d'être un(e) looser etc ...
Mais ça c la menu chômage basique, il existe également le menu XL.
Le menu chômage XL (ac frite et coca zéro), c'est quand on est déjà ds la merde et que des potes ben ... vous foute encore plus ds la merde.
Genre "j'ai un super poste pour toi qui commence ds un mois. ouais, ouais c sûr. Bon c'est à l'autre bout de la france, mais du coup ça te laisse le temps de déménager." Bon ben pour nous c tout benef : notre CDD se termine, on s'accorde un petit mois de vacances avec sa famille, son chéri, ses potes. On déménage, on emménage. Et là, au moment même où le camion du déménageur s'éloigne (avec notre chèque de 800€)le téléphone sonne.
Mauvaise nouvelle : "ben au final le super job de tes rêves c mort parce que sarkozy y veut pas."
...
bon je vous passe les larmes, les insultes,les cuites et les détériorations en tous genres. Le principal étant les consolations et le soutien des potes et du Belge.

Ensuite ça se décompose en plusieurs phases :
- phase 1 : tous tes potes ont un plan job à PEUT ÊTRE te proposer. (l'important étant le "peut être")
mais au final ben non, y'a rien.
- phase 2 : on élargit son champs de recherche et de réseautage. mais au final ben non, y'a rien.
- phase 3 : on s'essaie aux jobs pourris, genre serveuse.
ben on a fait ça pendant nos années étudiantes, ça sera comme à l'époque.
Ben non en fait, à l'époque on avait 6 ans de moins et nos potes aussi. On se faisait draguer par des erasmus ... Mais surtout, pour les clients et pour moi, il était acté que ce n'était qu'un job étudiant.
- phase 4 : on a tenu 15 jours au resto.
- phase 5 : on apprend que parce qu'on a travaillé en Belgique on a plus droit au chômage.
- phase 6 : Nous sommes en août et un pote nous propose un CDD de 1 an pour octobre.
- phase 7 : bon au final le CDD c pour mi-octobre.
- phase 8 : on refuse un autre job de 2 mois, qui aurait débouché sur le job de nos rêves.
- phase 9 à 14 : bon le CDD commence ds 15 jours
- phase 15 : nous somme début janvier et on commence le CDD.

Happy End !!??
euh non ... to be continued

le retour

toc toc, y'a quelqu'un ?
Mouais ça m'étonne pas, ac un dernier poste datant de novembre.
Enfin c'est pas grave.
Bon disons que depuis novembre j'ai pas mal accumulé les plans loose, dans lesquels je me suis mise toute seule d'ailleurs. Donc j'ai décidé de partager ça.
Bon, lancement de cette trilogie :
épisode 1 : Job 1
épisode 2 : la moto
épisode 3 : Job 2

vendredi 21 novembre 2008

Where the Hell Is Matt?

J'adore tout simplement. Je vous passerais tout le laïus sur : "c'est un message de tolérance, de fraternité etc..." même si c'est vrai.
Enjoy it !


Where the Hell is Matt? (2008) from Matthew Harding on Vimeo.

mardi 4 novembre 2008

6 bonnes raisons de faire le bon choix le 6 novembre